Avertir le modérateur

05/05/2010

Une agence de notation locale décerne un ZERO pointé à Philippe Juvin pour sa façon de traiter les personnes âgées. (Source : le Buzz)

En effet dans le cadre de l'épineux chantier de la médiathèque le maire de la Garenne-Colombes ne manque pas d'air !

Sans doute en veut-il beaucoup aux propriétaires de la maison mitoyenne du chantier de la médiathèque d'avoir mis au grand jour le fait que le permis de construire initial était illégal, puisque non conforme au Plan Local d'Urbanisme (pourtant rédigé par la mairie elle-même), ce qui avait entrainé l'arrêt du chantier pendant de longs mois.

Il n'empêche que ce sont aujourd'hui des méthodes de cow-boy, pour ne pas dire de voyou qui sont maintenant utilisées pour faire pression sur des administrés vulnérables et tenter de combler un retard dont la mairie est pourtant bien la seule responsable.

Pour continuer le chantier, la mairie a fait savoir le 20 avril (par huissier) aux propriétaires du terrain mitoyen de la médiathèque qu'il fallait "impérativement" que le constructeur puisse utiliser une partie de leur parcelle sans pour autant donner d'autre précision qu'un vague croquis au crayon. Pas de calendrier précis, pas de métrage, pas d'estimation de la gêne.

Il faut savoir que pour ces riverains âgés, dont l'un est sérieusement handicapé, l'une des préoccupations (ce n'est pas la seule) est de savoir si une voiture pourra toujours entrer dans le jardin de leur maison...

Par lettre recommandée en date du 28 avril, soit huit jours après avoir reçu la demande de la mairie et après avoir pris le temps de consulter des personnes capables de les aider dans leur démarches administratives, les propriétaires de la maison mitoyenne de la médiathèque ont répondu au maire pour connaître l'agenda, la nature exacte et les conséquences de ces interventions - ce qui est quand même la moindre des choses quand on sait que son terrain va être partiellement occupé, quand on apprend qu'une plateforme doit être construite au dessus de votre maison, quand on a des très jeunes petits-enfants qui vont jouer dans le jardin en période estivale et que l'on est très âgé, non ?

La réponse du maire ne s'est pas fait attendre : assignation à comparaitre au Tribunal de Grande Instance de Nanterre en date du 30 avril pour le 4 mai au matin à 9h30.

aaaa.jpg

Voilà comment l'eurodéputé Philippe Juvin, chantre de la solidarité

sur les ondes, répond à des administrés âgés qlui demandant légitimement des précisions. En d'autres lieux ont appellerait cela de l'abus de faiblesse si ce n'était pas l'oeuvre magistrale d'une municipalité.

Rappelons pour mémoire que le même Philippe Juvin avait stoppé un chantier de lofts pour l'exemple, en criant "non aux bandits immobiliers". Pas de quoi donner des leçons de morale quand on a signé un permis de construire réputé depuis illégal (celui de la médiathèque) et que l'on fait pression en justice et sur fonds municipaux pour un droit de "tour d'échelle" que l'on a été incapable de négocier à l'amiable.

Avant de donner des leçons à l'Europe toute entière à propos de la Grèce, avant d'encombrer la justice de son pays pour une banale affaire d'échelle, sans doute que le Pr. Philippe Juvin ferait mieux de lire les lettres recommandées qui lui parviennent.

ZERO pointé !

Source : Le retour de Buzz

10/02/2009

Propos tenus en public par le Maire et de son adjoint au sujet des riverains (CM du 10/02/2009)

JOURNAL OFFICIEL DE LA GARENNE- COLOMBES NUMÉRO 68 - Séance du 10 Février 2009

M. Conway
... comme vous étonnant que je sois particulièrement au courant. Je suis particulièrement concerné par tout ce qui touche à des Garennois, effectivement.

M. le Maire
Absolument. Ètes-vous concerné par le fait que...

Je crois que des négociations ont eu lieu, Monsieur Hervo ? Je parle sous votre contrôle.

Et la partie adverse a envisagé de retirer son recours contre un certain nombre de conditions. Rappelez-moi, Monsieur Hervo ?

M. Hervo
Absolument. 

M. le Maire
Pour que chacun sache la pureté de la demande des uns et des autres. 

M. Hervo
Je note que M. Conway semble se réjouir de ce que la Ville, dans cette affaire, soit l'objet d'une sorte de chantage et que, donc, les intérêts des Garennois et des contribuables garennois soient entre les mains de gens dont les intentions ne sont certainement pas aussi avouables qu'elles peuvent en avoir l'air.

Je lirai, dans un abondant échange de courriers, de mails, ayant précédé l'instance en référé de la famille Dubois, je ne lirai qu'une phrase qui me paraît caractéristique. Je la trouve.

M. le Maire
Non, vous la cherchez !

M. Hervo
Non, je ne la cherche pas, non, mais je l'ai trouvée.

La famille Dubois, par l'intermédiaire de son médiateur, écrivait... nous a écrit : « Afin de pouvoir clore amiablement ce dossier - ce dossier du recours puisque nous étions à l'époque au recours au fond -, je pense qu 'il serait équitable, compte tenu des pertes et nuisances subies par la famille Dubois, que la Mairie s'engage formellement - la Mairie, on ne sait pas qui c'est ! Le Maire, sans doute ! - à donner son accord et appui total à la levée du PLU et qu 'en outre, un bien immobilier, terrain ou autre, soit cédé à titre gratuit à la famille Dubois. »

Je laisse chacun penser ce qu'il veut de cette demande.

M. le Maire
Bien, je crois que chacun a compris. Les villes sont souvent l'objet de recours contre les permis de construire. Les villes et d'autres d'ailleurs ! Et souvent, dans la discussion, une fois qu'on a creusé un peu la pureté des intentions, on s'aperçoit que, derrière, on demande... comment dit-on     des biens immobiliers ?

M. Hervo
Ou autre ! 

M. le Maire
Ou autre ! Chacun appréciera à sa juste valeur le « ou autre » ! Monsieur Macé ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu